top of page

Les inflammations intestinales peuvent être diminuées grâce à la nutrithérapie.

Les maladies chroniques inflammatoires de l'intestin ou MICI sont en progression constante dans la population générale. De nombreuses études confirment qu'elles sont liées à la génétique, mais pas seulement. Des facteurs aggravants tels que le tabagisme, l'environnement, la pollution, les perturbateurs endocriniens, le stress chronique, ou encore l'alimentation moderne appauvrissent ou dérèglent notre microbiote et favorisent ces désordres intestinaux en augmentant l'inflammation.

La barrière intestinale est alors moins efficace (perméabilité intestinale) et permet le passage de bactéries, virus et autres molécules alimentaires dans notre organisme. Ce phénomène peut entraîner une réponse forte de nos cellules immunitaires et favoriser ainsi les phénomènes d'intolérances, d'allergies, de maladies auto-immunes, mais aussi de fatigue chronique, de prise de poids, de douleurs articulaires et musculaires, de migraines, de problèmes de peau.

Le régime alimentaire occidental riche en graisses cuites, protéines et sucres et appauvri en fibres et vitamines représente une des causes de ces maladies inflammatoires intestinales. En effet notre microbiote protecteur et régulateur de notre immunité trouve sa seule nourriture dans les fibres apportées par les végétaux légumes, fruits, céréales complètes, légumineuses. Si notre microbiote n'est pas suffisamment "nourri" il s'appauvrit et ne peux plus accomplir ses multiples missions : soutien de notre immunité, fabricant de vitamines et d'AGCC qui protègent contre le cancer du colon, artisan de la fabrication de nos hormones du bonheur "sérotonine, dopamine, GABA", et j'en passe.

Alors manger des fibres peut être salvateur, c'est vrai, à une condition : ne pas être en période "inflammatoire". Si vous consommez des fibres alors que vous êtes en "dysbiose", vous risquez la "surfermentation" de vos bactéries intestinales et voir augmenter vos ballonnements, spasmes, reflux, et transit accéléré ou ralenti.

C'est pour cette raison qu'une période transitoire est bien souvent nécessaire avant de reprendre une alimentation équilibrée. Cette période d'environ 1 mois doit exclure les fibres prébiotiques (qui nourrissent le microbiote), comme les FODMAP, mais aussi abaisser les sucres rapides et le fructose des fruits qui augmente la fermentation intestinale.

C'est seulement après avoir abaisser les inflammations intestinales que l'on pourra conseiller une nutrition équilibrée comprenant des apports variés. Il s'agira également de permettre la "réparation" des parois intestinales afin qu'elle puisse de nouveau jouer son rôle de barrière protectrice.



9 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comentários

Avaliado com 0 de 5 estrelas.
Ainda sem avaliações

Adicione uma avaliação
bottom of page